1ère Cie de Tir à l'Arc d'Aix les Bains


Sommaire
Origine
Apprentissage du tirL'origine de la Chevalerie de l'Arc est aussi ancienne que respectable. Descendants de ces Archers du moyen-âge auxquels, dès le IXème siècle, l'abbé de Saint-Médard-lès-Soissons avait confié la garde des reliques de saint Sébastien et qui se placèrent, pour cette raison sans doute, sous le patronage du saint martyr, les Chevaliers actuels sont les successeurs des vaillants soldats qui, sous le nom de Francs-Archers, figurèrent avec honneur dans nos premières armées permanentes, et qui, plus tard, organisés en Serments ou Compagnies, dotés de franchise et de privilèges spéciaux par tous les Rois de France, depuis Charles V jusqu'à Louis XVI, marchèrent en tête de a milice bourgeoise, dont ils formaient l'élite et la partie la plus active.

Après avoir joui pendant plusieurs siècles d'une existence politique, après avoir été, suivant l'esprit des temps ou les besoins du pays, une institution tour à tour ou en même temps religieuse, civile et militaire, l'Archerie française fut définitivement supprimée et dissoute, lors de la Révolution de 1789, par plusieurs décrets de l'Assemblée Nationale et de la Convention, qui firent rentrer dans le domaine de l'état, les biens possédés par les Chevaliers de l'Arc, et les incorporèrent eux-mêmes dans la garde qui avait remplacé les milices bourgeoises, c'est-à-dire dans la Garde Nationale. Quelques Compagnies d'Arc subsistèrent néanmoins et conservèrent les traditions des réceptions et des usages.

Toutefois, le culte de l'Arc était resté vivant au fond des moeurs. A peine le calme et l'ordre étaient-ils rétablis qu'on vit, sous le Consulat et sous e premier Empire, renaître la Chevalerie et se reformer de toutes parts, autour de Paris, à Paris même, et dans des Départements du Nord, les Serments et les Compagnies d'Arc, dépouillés, il est vrai, de leurs privilèges et de leur existence publique, mais gardant du passé le souvenir de leurs glorieux devanciers, l'amour du vieil exercice national, la soumission aux anciens statuts et règlements, et leur faculté de transmettre leur titre de Chevalier qui ne tomba jamais en déshérence.

Charles V institua certaines règles d'intronisation, au rang de Chevaliers. Ce sont ces règles qui, dans leur esprit tout au moins, ont subsisté jusqu'à nos jours. C'est un véritable titre qui est ainsi transmis dans la suite des temps.

C'était un louable sentiment que celui qui inspira à la Chevalerie renaissante la pensée de se remettre sous l'égide et la direction de ces vieux statuts, tout pleins des souvenirs de l'ancienne Archerie française, et où se retrouvent presque à chaque article, la consécration des usages prescrits et les traditions de discipline sévère, de politesse rigoureuse, de bienveillance fraternelle, naturelles à une institution à la fois militaire et bourgeoise mais la Société française était sortie des mains de la Révolution si complètement transformée que, malgré la sagesse de leurs dispositions principales, ces règlements, d'une autre époque, ne pouvaient convenir à notre temps, et en beaucoup de points, ils se trouvaient en opposition formelle avec nos idées, nos habitudes et notre législation d'un autre côté, par l'effet naturel du progrès des moeurs, il arriva que la Chevalerie elle-même subit des modifications importantes, et qu'une foule d'usages nouveaux, fruits de la civilisation moderne, s'introduisit dans la pratique du Tir à l'Arc.

Depuis sa renaissance, la Chevalerie de l'Arc n'a cessé de trouver faveur, protection et encouragement, près de l'autorité supérieure. L'Empereur Napoléon III lui a donné lui-même des témoignages publics de sympathie 10 en accordant plusieurs fois des prix à diverses Compagnies ; 20 en autorisant, par sa décision du 6 août 1853, la Compagnie de Paris à prendre le titre de Compagnie Impériale de l'Arc de Paris ». Le Gouvernement de la République Française lui manifeste sa bienveillance, en accordant une subvention annuelle à la Fédération Française du Tir à l'Arc et le Premier Magistrat de la République y contribue également, en dotant le Championnat de France de Tir à l'Arc d'un vase de Sèvres destiné au champion annuel.

La grande tourmente de 1914-1918, qui par suite de l'invasion de notre sol par les armées ennemies, a été très préjudiciable aux nombreuses Compagnies d'Arc des départements envahis, n'a pu détruire les sentiments des Chevaliers de l'Arc et nous sommes heureux de constater qu'actuellement, presque toutes les Compagnies d'Arc, pour ne pas dire toutes, qui avaient été anéanties du fait de l'invasion, sont reconstituées grâce à la vaillance de nos archers et à leur amour des traditions.

Les statuts anciens ne répondant plus désormais aux besoins de la Chevalerie, les Archers français se trouvaient donc, depuis longtemps déjà, dans cette alternative, ou de conserver sans les observer, des règlements vieillis et insuffisants, ou de les soumettre à une révision complète, afin de les mettre en harmonie avec l'état actuel de la Chevalerie c'est à ce dernier parti qu'ils se sont arrêtés.

Pour les mêmes raisons invoquées en 1864, la Fédération Française de Tir à l'Arc, née de besoins et de nécessités nouvelles, présente aujourd'hui, sur les demandes pressantes qui lui ont été faites, un règlement modernisé, en rapport avec les moeurs et la vie actuelle.

Les règlements généraux de 1864, édités en 1869, ayant presque totalement disparu des archives des Compagnies d'Arc, beaucoup de celles-ci ont demandé à la Fédération Française de Tir à l'Arc, de les faire rééditer. C'est à quoi se sont employés les Membres du Conseil de Permanence, après y avoir apporté quelques modifications qui, si elles rajeunissent ces statuts tant aux termes employés qu'aux précisions données n'ont absolument rien changé quant à la forme et aux traditions qu'il est indispensable de maintenir dans leur intégrité.
Tradition

Les grades:

Le Capitaine:

Le Capitaine est le chef de la compagnie. Il est élu par l'ensemble des Archers lors d'une Assemblée convoquée et présidée par le Roi.

Le Roi:

C'est lui qui présidera l'assemblé de la compagnie pendant un an. Sa nomination s'effectue lors du tir à l'oiseau. La royautés de l'Arc est un titre purement honorifique. Il a le pas sur tous les officiers et Chevaliers et de tirer partout avant eux. Tous les Chevaliers lui doivent respect et déférence.

Les chevaliers:

Les Chevaliers sont les membres essentiels des Compagnies. Ils prennent une part active aux délibérations, fournissent les officiers, jouissent de tous les avantages et participent à toutes les charges.
L'adoubement des chevaliers d'archerie se fais après un vote favorable de l'assemblée générale envers le candidat.

Les Archers et Aspirants:

Les Archers diffÿrent des Chevaliers en ce qu'ils ne sont pas initiés à la Chevalerie.
Ils ont les mêmes droits et les mêmes devoirs que les Chevaliers. Les Aspirants, eux, sont seulement admis dans la Compagnie et n'ont, dans les assemblées, que voix consultative, excepté pour les questions financiÿres où ils ont le droit de voter.

La Saint Sébastien:

Saint Sébastien est né à Narbonne, dans une famille gallo-romaine, vers 250 après J.C. Arrivé à l'âge adulte, il s'engagea dans les légions romaine et devint centurion de la garde prétorienne de l'empereur Dioclésien. Il se convertit par la suite au christianisme et fut découvert et sommé d'abjurer sa foi. Il refusa et fut condamné à être transpercé de flèches.
Laissé pour mort, il fut recueilli et soigné par la veuve d'un autre martyr, nommée Irène.
Une foi guéri il alla voir l'empereur pour condamner son comportement. Dioclésien le fit alors lapider et jeter dans les égouts. La fête de la St Sébastien est une tradition qui consiste à rassembler tous les archers et leurs familles autour d'une compétition, de jeux mais aussi d'une table; à midi, à la sortie de la messe, les arcs sont bénis par un prêtre.
Remarque
A l'heure actuelle ces traditions sont de moins en moins pratiquées, toutefois on trouve encore, notamment en région parisienne des clubs traditionalistes.
© 2001-2010 - 1ère Cie de Tir à l'Arc d'Aix les Bains