1ère Cie de Tir à l'Arc d'Aix les Bains

1ère Cie de Tir à l'Arc d'Aix les Bains


Sommaire
Qu'est ce que c'est?
La pratique du tir à l'arc, pour la chasse comme pour la guerre, est très ancienne au Japon.

On a retrouvé des arcs datant du Ve siècle avant notre ère. Après le XVIe siècle, les armes à feu étant devenues d'un usage courant, l'arc fut de plus en plus rarement utilisé pour la guerre.

L'art du tir à l'arc servait également au cours de cérémonies religieuses et, depuis le XVIIe siècle, il est de rigueur dans les tournois de sumo. Les ninja continuèrent à utiliser le kyudo durant toute la période d'Edo (1603-1868). C'est surtout vers la fin du XIVe siècle que les maîtres archers codifièrent la pratique de l'archerie. L'accent fut également mis sur l'acquisition de valeurs spirituelles : le kyudo doit apporter à l'archer équilibre, domination de soi, élévation de la pensée, harmonie (wa) et sérénité dans l'effort.

Cet art martial se trouva revalorisé au début du XXe siècle, en partie grâce à l'ouvrage d'Eugen Herrigel, Le Zen dans l'art chevaleresque du Tir à l'arc, destiné aux Occidentaux. Le kyudo est désormais enseigné dans plusieurs dojo en dehors du Japon. Dans ce dernier pays, on compte plus de 500 000 pratiquants. Les grades comportent des kyu et dix dan, les compétitions ont généralement lieu sur des cibles placées à 60 mètres.

La fédération japonaise de kyudo (Zen Nihon Kyudo Renmei) fut fondée en 1948.
Comment se pratique t'il?
La technique du Kyûdô est conditionnée par deux grands facteurs : l'un est l'origine mongole de la façon de tirer sur la corde et de tenir la flèche, l'autre est le matériau composite bois et bambou utilisé pour construire l'arc.

Dans la prise mongole c'est le pouce qui tire sur la corde et la flèche se pose sur le côté droit de l'arc (à l'opposé de l'archerie occidentale). Le bambou a une bonne dynamique mais une mauvaise flexibilité qui impose à l'arc sa taille (plus de 2 mètres).
La longueur de l'arc impose une grande ouverture qui implique une position de profil par rapport à la cible. De plus, l'absence de fenêtre d'arc (espacement pour laisser passer la flèche le long de l'arc au moment du lâcher) a conduit à la mise au point d'un effort de torsion et de dynamique sur la main gauche particulièrement difficile à réaliser mais d'une efficacité qui a fait la réputation de l'école Heki à travers les âges.

Le Kyûdô est une discipline complexe qui combine des efforts qui s'opposent: torsion (main gauche), traction (main droite), poussée (main gauche). La grande taille de l'arc induit un effort important du dos sur une grande longueur. C'est la combinaison de toutes ces difficultés qui font du Kyûdô une discipline difficile et un authentique art martial demandant une grande maîtrise physique et mentale.

Pour en savoir plus: fédération française de Kyudo

© 2001-2010 - 1ère Cie de Tir à l'Arc d'Aix les Bains